Christ-Roi et la grotte de la Vierge la Reine

En 1950, Abouna Yaacoub s’est procuré la colline sise à droite du cours de Nahr El Kalb, et a aussitôt entamé la construction du couvent et de l’église. Le premier décembre 1952, il l’a couronnée d’une statue, chef-d’œuvre de l’artiste italien Ernesto Balini, représentant le Christ roi, pesant 75 tonnes, d’une hauteur de 12 mètres, les bras ouverts étant de 10 mètres de long. Après cinquante huit ans, le rêve séculaire est devenu réalité.
La statue du Christ-Roi se dresse sur une colline du nom de “Ruines des rois” dans la région de Zouk Mosbeh, district de Kesrouan, province du Mont Liban. Jésus pointe de son bras droit la Vierge, notre mère, dans le sanctuaire Notre-Dame, et de son bras gauche, il pointe vers l’éducateur saint, au monastère Saint Joseph des tours, comme s’il rassemblait ici même la famille de Nazareth une nouvelle fois, au moment où disparaissent à tout jamais et tombent dans les oubliettes tous ces souverains et grandes figures qui ont laissé leurs noms gravés sur les rochers voisins. Ils sont tous partis, mais seul Jésus reste tel quel, comme hier, comme aujourd’hui, comme demain.
L’édifice du Christ-Roi se trouve à 13 kms de Beyrouth et s’élève à 90 m au-dessus de la mer. Il est accessible depuis l’autoroute Beyrouth-Tripoli, via la zone du fleuve Nahr El Kalb, en amont vers Jeita.
Devant le couvent s’étend une cour richement ombragée, débouchant agréablement sur la mer et la vallée du fleuve Nahr El Kalb. Le visiteur s’y rend et se retrouve devant l’église du Christ-Roi, et de là vers la base de la statue à une hauteur de 57 mètres, en prenant l’ascenseur panoramique, ou en empruntant un escalier piéton.
En contrebas du muret du couvent, en direction de la mer, une grotte naturelle que les ouvriers avaient découverte et l’avait signalé à Abouna Yaacoub. Celui-ci s’est écrié en liesse: “Elle sera pour la reine. Pas de roi sans reine”. Il en avait fait un sanctuaire pour rendre hommage à la Vierge, reine de l’univers, et fait venir sa statue tout droit de Paris, pour l’occasion.
L’administration de la Congrégation des Sœurs de la Croix a amorcé un chantier de grande envergure visant à réhabiliter le couvent des prêtres, de telle sorte qu’il puisse remplir toutes les conditions pouvant assurer les meilleurs services au prêtre désireux d’y terminer son troisième âge, dans la plénitude de la détente et de la dignité.
A noter que le chantier de travail au couvent Christ-Roi avait pour principal but de le réhabiliter, afin de devenir, en plus des services humanitaires multiples à sa disposition, un sanctuaire mondial réunissant toutes les aménités des sanctuaires de renommée internationale, et faisant figure de point de mire des visiteurs, des fidèles et des masses qui gouteront à tous les services complétant l’aspect humanitaire.
Pour autant, les architectes et les entrepreneurs cherchent à créer de grandes places extérieures dans la périphérie du couvent, afin d’accueillir les grandes foules des visiteurs, et à en développer la grande place intérieure, pour en faire un jardin rehaussé d’arbres et de fleurs que viendront rafraîchir des jets d’eau, contribuant ainsi à assurer un milieu favorable au recueillement et à la prière, et une superficie où seront officiées des messes massives en plein air, fusionnant les hommes de la terre, et les créatures divines, sans qu’un plafond céleste ne puisse les séparer.
Par ailleurs, la tour de la statue du Christ-Rroi sera dotée, en plus des escaliers, d’un ascenseur en verre panoramique permettant au visiteur qui l’utilise de rendre grâce à Dieu, surtout lorsqu’il se retrouve hissé dans les hauteurs, contemplant le panorama de l’océan, du fleuve et de la neige couronnant la cime de Sannine dans une harmonie hors du commun.
Non loin de la base de la statue, s’étendra une salle contenant des photographies et des tableaux en rapport avec le bienheureux Abouna Yaacoub et s’inspirant de sa vie, dont la contemplation serait source de recueillement et de méditation.
La statue visitée, le visiteur sera en mesure de se rendre à l’église du couvent et de se délecter à admirer la mosaïque qui portera les empreintes digitales de P. Marco Rupnik le jésuite. A l’entrée d’une chapelle qui sera bâtie au nord de l’église sous le vocable d’Abouna Yaacoub, une messe quotidienne sera célébrée, de même qu’une deuxième chapelle jouxtant la première sera réservée à l’adoration constante. A droite de l’église, des salons et des salles de réception seront ouvertes.
Outre ce qui précède, le chantier de travail prévoit une salle de projection de films documentaires qui, en majeure partie, retracent la vie spirituelle d’Abouna Yaacoub, une deuxième salle pour les symposiums et les conférences. Un lieu pour la vente des souvenirs sera également de la partie.
Le plan futur du sanctuaire comprend également une nouvelle entrée pour la grotte de la Reine de l’univers. La distance séparant la partie extérieure de l’intérieur sera dénommée «Le chemin de l’esprit ».
Le couvent accueille tous les jours les visiteurs, leur dispensant messes et services spirituels.
La fête du Christ-Roi est célébrée le dernier dimanche du mois d’octobre, la fête de la Vierge reine de l’univers le dernier dimanche du mois de mai.