La Béatification

La Béatification d’Abouna Yaacoub a donné à l’autorité ecclésiastique un regain de confiance en la Congrégation des Sœurs de la Croix. Elle nous appelait instamment à œuvrer sans relâche au sein de l’Église Mère, et à répondre aux besoins de notre patrie et de la diaspora.
Les sentiments de joie de la Transfiguration ayant empli nos cœurs par deux grandes étapes qui sont: le jubilé et la béatification, nous sommes tenus aujourd’hui de nous renouveler et de reprendre nos forces afin de tracer à notre Congrégation un parcours allant de pair avec l’évolution rapide dont témoignent, de nos jours, le monde et l’Eglise, et de sauvegarder l’héritage spirituel que nous a laissé Abouna Yaacoub, dans un acte de foi tourné vers l’avenir grâce aux enseignements de notre mère l’Eglise.
L’événement de la béatification de notre Fondateur nous restera une motivation pour aller de l’avant et de pied ferme, de la béatification à la sanctification, si Dieu le veut, et la sainteté restera le but éminent de toutes nos œuvres, puisque «la volonté de Dieu, est notre sanctification» (1 Tess 4/3). Œuvrons pour le royaume de Dieu, et marchons sur les pas d’Abouna Yaacoub pour nous sanctifier et sanctifier ceux qui nous entourent, pour que ses enseignements subsistent en nous et au fond de nos frères croyants.

Evénement de la Béatification

Le 22 Juin 2008, de centaines de milliers de Libanais ont afflué, dès les premières lueurs du jour, pour participer à la messe qui devait proclamer le capucin Abouna Yaacoub, nouveau bienheureux sur la liste des Saints Libanais, lors d’une cérémonie solennelle qui s’est tenue Place des Martyrs à Beyrouth. C’était la première fois qu’un tel événement prenait place en dehors du Vatican. Sa Sainteté le Pape Benoît XVI a mandaté au Liban son représentant, Préfet de la Congrégation pour les causes des Saints, le Cardinal José Saraïva Martins pour présider à la messe de la béatification, avec la participation de Sa Béatitude et Son Éminence le Cardinal Mar Nasrallah Boutros Sfeir, Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, Mgr Antonio Maria Veglio Secrétaire de la Congrégation pour les Églises Orientales, Son Excellence le Nonce Apostolique au Liban, Mgr Luigi Gatti, Mgr Paul Dahdah vicaire apostolique des latins au Liban, le Père Mauro Johri Supérieur Général des Capucins dans le monde, et Père Tanios Rizk Supérieur Régional des Frères Mineurs Capucins au Liban et en Orient, en plus d’un quarteron de Patriarches et d’évêques de l’Eglise Maronite et de prélats d’autres Églises au Liban.
Parmi les participants également à la cérémonie, le Président de la République libanaise Michel Sleiman et son épouse, Mme Wafaa, le président de la chambre Nabih Berri, le Premier ministre Fouad Siniora et son épouse Hoda, ainsi que des personnalités politiques, officielles, militaires et administratives.
Au début de la cérémonie, le Père Capucin Salim Rizkallah a retracé brièvement la vie du bienheureux Abouna Yaacoub, suite à quoi, le Cardinal Martins a fait la lecture de la lettre papale suivante proclamant la béatification d’Abouna Yaacoub: «À la demande de notre frère Paul Dahdah évêque d’Arrée en Numidie et le Vicaire Apostolique des Latins à Beyrouth, et suivant le vœu de beaucoup de nos frères dans l’épiscopat et de nombreux fidèles, et après avoir pris connaissance de l’avis de la Congrégation pour les causes des Saints, et en vertu de notre pouvoir apostolique, nous accordons désormais la grâce de bienheureux au serviteur de Dieu: Yaacoub de Ghazir, prêtre ayant fait ses vœux dans l’Ordre des Frères Mineurs Capucins, fondateur de la Congrégation des Sœurs de la Croix du Liban, qui s’est dévoué sa vie durant, à l’exemple du bon Samaritain, à aider les misérables et les malades. Cette décision prendra effet partout et en vertu des mesures du Droit juridique, et sa fête sera célébrée le 26 Juin de chaque année, jour de sa naissance au ciel, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, Amen ».
Le voile a été, par la suite, retiré de l’image officiellement adoptée du nouveau Bienheureux.
Après la lecture de l’Évangile, le Patriarche Sfeir a prononcé une homélie intitulée: «Les justes resplendiront alors comme le soleil au royaume de Dieu ».
Les offrandes étaient présentées en signe de dévouement à l’intégralité des bonnes œuvres et des hauts exploits du bienheureux Abouna Yaacoub.
A l’issue de la célébration eucharistique, une allocution a été prononcée par le Supérieur des Frères Mineurs Capucins, dans laquelle il a exprimé sa joie de participer à cette célébration.
L’allocution de la clôture était celle de Mère Marie Makhlouf, Supérieure Générale des Franciscaines de la Croix au Liban, dans laquelle elle a renouvelé le pacte envers Abouna Yaacoub, s’engageant à poursuivre la mission sur le chemin de la Croix, et promettant aux responsables comme aux citoyens que les Sœurs veilleront sans cesse à leurs missions, tout en implorant Dieu, par l’intercession d’Abouna Yaacoub, de faire en sorte que le Liban puisse rester la patrie de la sainteté, du message, de la liberté et de la paix.

Homélie du Cardinal Nasrallah Boutros SFEIR

Allocution de la Supérieure Générale des Franciscaines de la Croix du Liban

* Miracle de la Béatification
Après une étude de plus de 3 ans concernant la guérison de Madame Marie Kattan de Maghdouché qui était atteinte d’un cancer, la Congrégation pour les Causes des Saints à Rome et le Liban ont unanimement perçu la guérison comme un miracle dû aux prières de son neveu domicilié au Canada. Le miracle a été mis en examen au Liban par un tribunal ecclésiastique lequel a procédé à l’audition des témoins, et transmis à la Congrégation pour les Causes des Saints à Rome où le comité médical, le comité théologique et le consistoire ont unanimement confirmé que la guérison est scientifiquement injustifiable. Ces étapes ont été, dans leur ensemble, couronnées de l’accréditement du miracle par le Pape Benoît XVI. C’était le 17 janvier 2007.